Logiciel et API : Une évolution en marche dans le secteur comptable

4 min de lecture
29.11.2022

La transformation digitale des entreprises est en marche et conduit nécessairement chacune à ouvrir son système d'information pour répondre aux enjeux business et ainsi à échanger constamment des données avec ses clients, ses fournisseurs et l'ensemble de son écosystème.

Cette évolution technologique se matérialise, aujourd'hui, par ce que l'on appelle l'apisation des systèmes et des logiciels. L'avènement des services Cloud, comme le Cloud EIC, y contribue fortement.

Qu’est-ce qu’une API ?

Une API, interface de programmation d'application (en français), est une interface technologique, facilitée par l’émergence des langages de développement web, qui permet l’échange de données, en temps réel, entre deux logiciels afin d’optimiser et de faciliter l’expérience utilisateur.

La multiplicité des logiciels proposés aux experts comptables impose de bien définir sa stratégie d’équipement afin d’avoir des process de production optimisés favorisant la productivité du cabinet.

Certaines organisations font le choix d’opter pour une suite logicielle globale chez un seul et même éditeur alors que d’autres adoptent une stratégie de « best of breed » en choisissant des logiciels proposés par plusieurs éditeurs différents dans le but d’avoir un bouquet de solutions qui correspondent parfaitement à leurs besoins.

C’est bien dans cette optique que les API jouent un rôle majeur en permettant à l’utilisateur d’avoir des logiciels capables de communiquer entre eux et de se transmettre des données afin d’éviter une ressaisie fastidieuse et chronophage d’informations d’un logiciel à un autre.

Quel est le fonctionnement d’une API ?

Si l’on reprend la signification de l’acronyme API, on distingue trois notions essentielles :

  • Interface : L’interface est la porte par laquelle les données échangées vont transiter de manière totalement sécurisée suivant des protocoles standardisés
  • Programmation : La programmation incombe au développeur informatique qui définit, sous la forme d’un web service, un automatisme d’échange de données (appel ou mise à disposition) depuis son application vers une autre application via l’interface sécurisée
  • Application : L’application est le logiciel qui échangera des données avec un autre logiciel

 

Schéma simplifié de fonctionnement d’une API

eic-api
L’API a donc pour principale fonction de faire transiter des données, entre deux applications, sans intervention humaine et sous la forme d’un automatisme sécurisé et programmé informatiquement.

En règle générale, l’application qui contient les données (l’application « maître ») publie ses API sur un portail dédié (API Management) afin que les applications souhaitant exploiter toutes ou partie de ses données (l’application « esclave ») puissent les récupérer.

Plusieurs API peuvent être publiées pour une même application car elles dépendent de l’usage qui peut être fait des données que l’application peut mettre à disposition d’autres applications.

Nous pouvons ainsi retrouver, sans que cette liste soit exhaustive, des API pour échanger :

  • des données d’identification
  • des données de géolocalisation
  • des données de transactions
  • des données de production
  • etc…

Quels sont les bénéfices d’une API ?

La fonction principale d’une API est de pouvoir exploiter des données sans avoir à les ressaisir, ce qui apporte de multiples bénéfices à l’utilisateur :

  • Des gains de productivité conséquents et du confort dans l’utilisation car une information ne sera saisie qu’une seule fois pour être exploitée dans différents logiciels
  • De la fiabilité en évitant à l’utilisateur d’avoir à ressaisir une même information dans plusieurs logiciels avec le risque de commettre des erreurs
  • Un enrichissement du système d’information avec la possibilité de croiser des données issues de multiples sources
  • Un accès souvent très rapide à l'information source (quasiment en temps réel dans la plupart des cas) ce qui garantit à l'utilisateur, l'exploitation d'une information intègre et actualisée

 

En cabinet comptable, le nombre de dossiers et de logiciels exploités, bien souvent d’éditeurs différents, pour tenir la comptabilité, produire le social, établir les déclarations fiscales de l’entreprise du/des dirigeant(s), projeter des prévisionnels, les suivre, mettre à disposition des tableaux de bord de suivi d’activité et plus largement pour mener tout type de missions de conseil nécessitent d’avoir un système d’information qui soit le plus automatisé possible.

Par exemple, la saisie du SIRET, du nom et des coordonnées de l’entreprise et du dirigeant ne prend certes que quelques minutes mais quand cette action doit être répétée dans X logiciels pour Y dossiers alors on imagine parfaitement les gains de productivité potentiels et les risques d’erreurs évités.

De la même manière, un client utilisant un logiciel de gestion commerciale pour son activité produira des données indispensables pour son cabinet comptable qui devra pouvoir les récupérer, automatiquement et en temps réel, sans avoir à manipuler des fichiers ou, pire encore, devoir les ressaisir dans son système d’informations.

En extrapolant davantage, nous pouvons également mettre le focus sur le potentiel que représentent les API dans l’exploitation de données ne faisant pas partie du système d’information habituel des cabinets comptables et qui permettraient de l’enrichir.

Par exemple, il pourrait être pertinent d’utiliser les données analytiques produites par le site web d’un client qui aurait une boutique en ligne afin de les croiser avec les chiffres de son activité et ainsi produire des prévisionnels plus fins dans le pilotage de l’activité du client.

Quel est le modèle économique d’une API ?

Le développement d'applications intègre désormais nativement une approche d'apisation des systèmes permettant d'exploiter la valeur des données gérées par et pour des systèmes tiers.

Dans la grande majorité des cas, le modèle économique des API est basé sur un coût ponctuel de mise en place et sur un coût récurrent basé sur le nombre de requêtes réalisées entre les applications partageant des données.

Les éditeurs de logiciels créent, bien souvent, des partenariats afin de définir les modalités techniques, fonctionnelles et financières d’exploitation des API, celui qui paie pour le service étant bien sûr celui qui ne possède pas la donnée.

Ces coûts peuvent être, dans certains cas, répercutés dans le prix de l'abonnement afin de valoriser le bénéfice apporté dans l’utilisation du logiciel proposé.

Certains cabinets comptables, notamment ceux disposant d’une équipe informatique en interne, peuvent exprimer des exigences particulières en termes d’API. Des études devront alors être menées pour chiffrer le montant des développements spécifiques à réaliser et estimer le nombre de requêtes réalisées.

eic-contactez-nous